Artus de Lavilléon 

République 

République

À propos de l'artiste

Age
43 ans

Né / Travaille
Ernée (Mayenne) / Paris

Formation / Parcours
Enfance Méthode Freinet, Skateboard 1982…, Fanzine FTBX 1987…, Magazines Tricks 1997-98 / Chill 2003-2005, Concept store L’épicerie 1998-1999/Nim 2000-2003, Installation performances Le Printemps 2000/Citadium 2009, Galeries L’APA 2000-2005/ Patricia Dorfmann 2005…, Coupure de deux ans à la campagne 2003-2005 Début de l’archivage du quotidien et du témoignage de vécu, Fondation de L’art Posthume 2004…., Dessins Deadpans 2006…/Grands dessins 2007…, Peinture, Photos…

Début d'activité
1970/1994/ 2000/2003-2004…

Projets marquants, en cours

Je travaille actuellement à la réalisation de plusieurs centaines d’ouvrages liés au projet de mise en vente, des murs au contenu inchangé, de la chambre de 15m2, dans laquelle, pendant 10 ans, j’ai archivé tous les objets qui y entraient sans aucun critère de sélection autre que celui du vécu, jusqu’à la rendre impropre à l’habitation.


Rencontre

Comment décririez-vous votre style ?
Libre
 
Quelles sont vos principales sources d'inspiration (artistes, graphistes, autre) ?
En ce moment je regarde beaucoup de photographes car le monde de l’art me fait chier.
 
Que pouvez-vous nous dire sur les 2 œuvres exposées chez ArtLigue ?
Deux racailles marchent à Châtelet et un clochard dort à république. « Je me demandais vraiment ce qu’il en pensait lui, de tout ça ».
 
Quel a été votre processus de création pour ces œuvres ? Est-il à l'image de votre démarche habituelle ?
Le dessin des « racailles » a été fait, comme tous mes dessins, d’après une photo prise sur le vif. L’original est un format A4 réalisé pour l’exposition et est très proche de mon travail de Fanzine dans lequel il s’intègre, Fanzine dont le titre est Deadpan ("Pince sans rire"). Les Deadpans ont évolué d’une pratique marginale à une reconnaissance que je n’ai pas voulue et qui les a amenés à être de plus en plus professionnels - puisqu’ils peuvent aujourd’hui à la fois témoigner de la vie d’amis marginaux que de la vie d’une marque ou d’une banque. Il en existe aujourd’hui 24 numéros au tirage plus ou moins limité. L’original du dessin République est très grand (environ 2,70 x 3,50 mètres). Il correspond à une série rarement montrée à cause de sa taille, il a été présenté pour la première fois lors d’un concert. Le sujet des clochard est un sujet récurrent dans mon travail car il correspond pour moi à un rêve de liberté mené à la fois à son apogée et à son pire devenir.

Votre mode créatif diffère-t-il selon la nature des projets (artistiques, commandes, expérimentaux) ?
La vie seule décide de la forme que prendra tel ou tel travail.
 
Quel regard portez-vous sur la création graphique actuelle ?
Je pense que notre génération, des skateurs aux hispters en passant par les bobos, a su développer un style qui lui est à la fois propre et entièrement sous l’influence de mouvements auxquels on ne peut la réduire.
 
Pour vous, existe-t-il une frontière entre art et graphisme ? Si oui, où la placez-vous ?
L’art, normalement, ne répond pas à une demande commerciale, mais à une nécessité intérieure.

Est-ce que le graphisme doit entrer dans le champ de l'art ou en fait-il déjà parti ?
Comme toute chose, le graphisme peut dépasser les frontières qui le limitent à n’être que l’expression de lui-même.

Édition limitée, numérotée et signée par l’artiste.


Expositions et prix

Consumérisme, Citadium, Paris, 2009
Je vis pendant 15 jours enfermé dans une boite de dimensions réduites (90x90x190cm) cachée dans un grand magasin où j’écris des textes qui sont relayés quotidiennement par le blog du journal Le Monde.

I learned it from a talk show, Rétrospective I, Galerie Patricia Dorfmann, Paris, 2005
Une rétrospective de 10 ans de travail autour d’une réinstallation dans un cube de 15m2 de ma chambre et de la mise en vente des murs mêmes de l’espace original.

La cour des miracles, Artcore, Paris, 2004
Première exposition de l'Art Posthume. Quatre installations des signataires du Manifeste de l'art posthume, entouré des œuvres d’une centaine d'amis et de proches.
La scénographie, pourtant très contestée, sera reprise par le centre Pompidou à l’occasion de l’exposition « Peintre de la vie moderne »
"Il ne faut pas faire pour être, mais être pour être"

Sleeping Pornography, Le Printemps (Excentriques), Paris, 2000
Je vis et dors dans les vitrines du grand magasin Le Printemps, un an avant le phénomène de real tv, face à la peinture « Pornography »

Pictures of Friends (POF), L’Epicerie, Paris, 1998
Des grands tirages de photos d’amis, manifeste de l’amateurisme, recouvrent les murs de la galerie du « magasin le plus hype d’Europe ».

Publications


Informations

& commande

Artus de Lavilléon 
République

2010

Informations techniques

Tirage fine art sur papier Hahnemühle William Turner - édition limitée, certificat numéroté et signé par l'artiste.

Dimensions

50 x 36 cm, Édition de 80 120.00 €
 
Ajouter un cadre (choix de l'artiste - autre choix, nous contacter)  

Cadre bois noir avec rehausse, verre X





Du même artiste

Artus de Lavilléon


Du même curator

New TopoGraphicDesigners, avec Vanessa Titzé